Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui Suis-Je?

  • : L'Art du Temps
  • L'Art du Temps
  • : Journaliste presse écrite, web et radio. Je vois, je sens, j'écoute, je raconte, je divague.
  • Contact

Articles Récents

20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 13:55

ventre.jpg

 

Je suis plutôt flippée de nature. Pour ne pas dire complètement angoissée. Du coup, tu penses bien que les cours de préparation à l'accouchement, j'ai décidé de les suivre re-li-gieu-se-ment. Le premier a eu lieu la semaine dernière.  En plein après-midi, un jour de semaine, cela va de soi. J'avais donc bien prévenue ma chef trois semaines à l'avance, et fait promettre à mon cher et tendre de n'accepter aucun boulot cet après-midi là, pour pouvoir m'accompagner (juré, craché, sur la tête du haricot).

 

14h30, on se retrouve donc dans la salle de réunion n°4, niveau 0, point bleu, hôpital Robert Debré, à Paris. Les tables et les chaises sont placées en U et encadrent un paper board et un bureau sur lequel une petite blonde de douze ans à tout casser est juchée, du bord de ses fesses maigrelettes. Ah. Première surprise. C'est la sage-femme. C'est donc elle qui va m'expliquer comment gérer ma douleur le jour J (je ne suis venue que pour ça. Le pourquoi du comment, pour être honnête, je m'en tape). Ca commence bien. Y a-t-il un adulte responsable, s'il vous plaît, dans cet hôpital?

 

Seconde surprise, les quatre autres futures mamans présentes sont venues seules. Il va donc falloir que je gère, pendant deux heures, les regards appuyés et noirs de mon mec à qui j'ai répété au moins quinze fois que "la présence des conjoints est fortement recommandé, pour ne pas dire obligatoire"...

 

De cette réunion, je n'ai retenu qu'une chose : pour savoir à quel moment partir à l'hôpital, il faut attendre que les contractions ne soient plus espacées que de cinq minutes, et ce pendant au moins deux heures. Et les contractions, a précisé la sage femme, elles doivent faire MAL. Si elles sont indolores, ça ne compte pas. "Mal comment?", on a demandé en choeur. "10 sur une échelle de 10", a répondu la sage-femme. Très très mal, quoi. "Et la piqure de la péridurale, ça fait mal aussi?", j'ai demandé. "Oui, mais à côté des contractions, c'est de la gnognotte."

 

Ok. Je ne me sens pas très bien là. J'ai besoin de m'asssoir. Ah merde je suis déjà assise. J'ai besoin de m'allonger alors. Maman, j'ai changé d'avis, j'ai plus envie. En fait le haricot, il est bien là dans mon ventre. Il peut y rester si il veut. Pas de souci. Qu'il squatte tant qu'il veut, moi ça ne me dérange pas du tout.

 

Pardon? On me fait signe que ce n'est pas possible. Qu'il va falloir que j'y passe. La sage-femme, dans sa grande mansuétude, nous donne un bon conseil : "Prenez un lecteur MP3 pour la première phase du travail. Ce sera utile pour vous relaxer entre deux contractions". Me relaxer? ME RELAXER? Non mais connasse, tu viens de me promettre que j'allais morfler ma race comme jamais dans ma vie et tu voudrais que je me RELAXE ENTRE DEUX CONTRACTIONS????

 

Inspiration, expiration avec le fil d'or (c'est un truc que j'ai appris au yoga prénatal, tu peux pas comprendre), tout va bien se passer. Je vais me faire une playlist d'accouchement, tiens. Ouais je sais, il reste trois mois, mais au moins, ça me laisse le temps de la peaufiner pour être sûre qu'elle soit suffisament RELAXANTE.


Tu veux m'aider? Toutes les suggestions sont les bienvenues ! Classique, jazz, ou chants d'oiseaux, je prends tout !

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Caroline Langlois - dans No Future (maman)
commenter cet article

commentaires

Mimi 05/03/2014 00:18

Fais confiance à ton corps. Vraiment, il sait faire. N'écoute que les chouettes histoires. Intime à toutes celles qui veulent te parler d'histoires d'horreur de se la fermer. Le jour venu, ne
laisse entrer dans ta bulle que les gens bienveillants et doux et n'hésite pas à faire savoir ce qui te va et ce qui ne te va pas. Et, oui, c'est possible de se relaxer entre deux contractions.
Quand tu l'auras fait tu te sentiras comme une master ninja pour le reste de ta vie ;) Et pour la musique : Philip Glass. Piano Songs. C'est intense mais peaceful.

constance 25/01/2014 16:25

Comme je te comprends, je flippais tellement à l'idée d'accoucher, de pas être capable de gérer la douleur etc.
Et finalement tout s'est passé tellement bien que je n'en reviens toujours pas aujourd'hui... Bon je pense que j'ai eu de la chance aussi.

Ma puce est arrivée le 8 janvier avec trois semaines d'avance, j'ai été déclenchée parce que mon col était déjà bien ouvert et complètement effacé. Donc déjà je n'ai pas du tout vécu la phase de
pré-travail à la maison ou tu comptes les contractions etc, moi je suis arrivée à 14h30 à l'hôpital sans aucune douleur. On m'a mis le produit pour déclencher les contractions et une heure après
elles sont arrivées (bien fortes pour le coup, je vais pas te mentir ça fait vraiment mal, je dirais que c'est le même genre de douleur que les règles mais beaucoup plus fort, ça te paralyse
complètement mais il faut bien se forcer à respirer calmement). J'ai eu la péridurale très vite (ça ne fait absolument pas mal, honnêtement, et tu as tellement envie d'être soulagée que tu n'y
penses même pas) et quand ils m'ont réausculté j'étais passé de 3 à 9 en un quart d'heure ! La douleur des contractions a complètement disparu, mais par contre je sentais bien la sensation de
poussée qui accompagne la descente de bébé, c'est assez désagréable mais ça te permet de savoir quand il faut pousser. La phase d'expulsion a duré à peine 10 minutes, en 4 contractions elle est
sortie, sans ventouse ni forceps ni épisio, juste une petite déchirure. Elle est née à 19h30 (donc 4h entre les premières contractions et la naissance, pour un premier bébé !)

Bref l'accouchement parfait ! Je ne te dis pas que ce sera pareil pour toi, on ne peut pas savoir, mais ce n'est pas toujours un cauchemar en tout cas !
Bon courage pour le jour J

Selina 20/01/2014 23:29

Surtout n'écoutes aucune histoire d'horreur. Plus tu te programmes que ça peut être une bonne expérience et en événement naturel que tu es parfaitement capable de gérer plus tu te sentiras
prête.
La meilleure chose qu'on m'ai dite est que ton corps sait déjà accoucher et ton bébé sait naître, fais leur confiance. Vous allez faire ça ensemble, pas juste toi toute seule.

A partir de maintenant tu t'entraines a la relaxation profonde. Quand tu es relaxée imagine ton scénario idéal avec le plus de détails possible, quelle heure de la journée, qui est la, comment ça
se passe, etc...
La douleur est très liée à l'angoisse et la respiration. Ça se prépare. Quand tu accouches il faut le moins de stimulation possible, rester calme et économiser son énergie c'est le plus important.
Non le plus important est de savoir qu'on n'accouche pas allongée sur le dos. Ça diminue l'espace dans notre bassin de 30% et ça met la pression sur les nerfs qui transmettent la douleur.
Oublie tout ce que tu as vu dans les films, c'est n.importe quoi.
Il y a trois phases au travail. Pour la première, la plus longue, reste chez toi dans ton environnement le plus longtemps possible, repose toi et préserve ton énergie, tu en aura besoin. Manges si
tu peux. Avec Alice mes eaux ont commencé à couler à 5h du mat, j'ai pris le petit déj, j'ai dormi, j'ai déjeuné, et me suis encore reposée, je ne suis elle à l'hôpital qu'à 19h quand les
contractions sont devenues fortes et rapprochées, j'ai accouché 2 heures plus tard sans péridurale.
Oui relaxe toi entre les contractions elle a raison.

C'est normal que tu ne te sentes pas prête, ça prend du temps le moment venu tu le seras.

Ann 20/01/2014 17:09

La nature est bien faite. Le jour de l'accouchement, mal ou pas mal tu sera prête à l'enfumer pour qu'il sorte, au regard des 9 derniers mois.

Plus sérieusement, je pense que tu devrais t'écouter toi et faire comme toi tu as envie. Genre pas comme ma copine qui s'est tapé quasi 24h de contractions chez elle parce que les contractions
c'était toutes les 7-8 minutes et pas toutes les 5 et que son chéri lui disait "non non la sage femme à dit toutes les 5, ça doit pas être bon...".

Honnêtement ne compte pas sur les cours pour apprendre à gérer le prévisible. Ça, ma grande, tu vas très bien y arriver no soucy. Utilise les pour apprendre comment se gère l'imprévisible histoire
de ne pas se faire de film pour rien (non c'est pas parce que le cœur du bébé ralenti que c'est grave !) et si jamais l’imprévisible arrive savoir à quoi t'attendre au lieu de pétocher en te
demandant à quel sauce tu vas être mangée.

Moi j'ai aussi eu cette impression d'être en haut de la piste noir et de me dire "de toute façon faut descendre il n'y a pas le choix". Mais très honnêtement le jour J tu es tellement excitée et
impatiente de voir sa bouille et de lui faire un câlin que ça roule, ma poule ;-)

Caroline Langlois 20/01/2014 17:57



Merci Ann ! Ton message est très rassurant, ça vaut bien du Erik Satie ! Et c'est évident que j'ai hâte que mon haricot pointe son nez... Mais je trouve que le discours à l'hôpital n'est pas
toujours très rassurant !