Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui Suis-Je?

  • : L'Art du Temps
  • L'Art du Temps
  • : Journaliste presse écrite, web et radio. Je vois, je sens, j'écoute, je raconte, je divague.
  • Contact

Articles Récents

22 février 2010 1 22 /02 /février /2010 13:34
P1020248

Les ressources en gaz naturel et en pétrole s’amenuisent, mais le charbon, qu’on croyait – sans doute à tort – être une ressource d’un autre temps, est présenté par beaucoup de spécialistes de l’énergie comme une solution d’avenir. En Chine, en Inde, mais également en Europe et aux Etats-Unis, les centrales à charbon poussent comme des champignons. Problème : la combustion du charbon pour créer de l’énergie est fortement émettrice de CO2. Les industriels ont donc inventé une nouvelle énergie : un charbon dit « propre », grâce à des techniques de captage et de stockage du CO2 émit par ces centrales. La séquestration du CO2, une solution pour protéger notre planète ?  
Un dossier préparé pour C'est pas du Vent, sur RFI.

Ecoutez l'émission

Partager cet article

Repost 0
Published by Caroline Langlois - dans Environnement
commenter cet article

commentaires

Escaravage 23/02/2010 10:18


Business as usual :
Malgré un regain de dernière heure le lobby du charbon doit reconnaître que ses campagnes « antiwarming »ont fait long feu. Qu’à cela ne tienne, il opère une conversion à 180°. Derrière l’urgence
climatique qu’il proclame désormais, se cache en fait l’urgence de s’emparer de l’aubaine financière que constitue la CCS, remède miracle. Pour faire plébisciter cette technologie dont les tares
ont pu être décrites par la formule « trop risquée, trop chère, trop peu , trop tard », une nouvelle campagne de désinformation est engagée. La dissimulation des risques majeurs de fuites hors des
aquifères profonds est systématique. Les spécialistes du lobbying ont beau jeu d’abuser de décideurs qui multiplient publiquement les preuves des consternantes lacunes de leur culture
technoscientifique. Ainsi sont différées les mesures urgentes d’économies énergétiques et confisquées les ressources qui devraient s’investir dans les véritables énergies propres. Compte-tenu de la
progression cataclysmique du dérèglement climatique au cours des dix dernières années et de son accélération prévisible lors des dix prochaines du fait des rétroactions « positives » que
constituent la réduction de l’albédo des pôles et la libération de méthane due à la fonte du permafrost, c’est se moquer que de promouvoir des « usines à gaz » prétendues opérationnelles à
l’échéance 2020, voire 2030.