Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Qui Suis-Je?

  • : L'Art du Temps
  • L'Art du Temps
  • : Journaliste presse écrite, web et radio. Je vois, je sens, j'écoute, je raconte, je divague.
  • Contact

Articles Récents

30 novembre 2011 3 30 /11 /novembre /2011 17:24

sacs.jpg

En me baladant près du Canal Saint Martin, j'ai fait une chouette découverte... Je suis entrée à l'Espace Beaurepaire, où à lieu jusqu'au 11 décembre la vente de Noël des Filles en Aiguilles. Et là, je suis restée en arrêt devant le petit stand de la marque de sacs Olympe! Le concept est prometteur : il s'agit de sacs en cuir fabriqués à partir de vêtements en cuir (principalement des blousons) de récupération. Mais, mais, mais... C'est de la mode éthique, ça! C'est pour moi!

 

Olympe-pochettes.jpg

 

La créatrice, Laure Hervieu, est une professionnelle de la fripe. Elle a un jour eu l'idée de donner une seconde vie à des blousons en cuir en les transformant d'un coup de baguette magique en sacs, pochettes et accessoires. Ingénieux, non? D'ailleurs, on peut retrouver sur chacun des sacs les vestiges de sa vie passée : les coutures, les poches sont restées intactes.

 

sacvert.jpg

 

Mon coup de coeur? Un sac en cuir et daim vert, que je mettrais bien sur ma liste au Père Noël. Et le mieux, c'est que toutes ses jolies pièces sont très abordables : 160 euros pour le prix boutique. J'adore quand c'est beau ET éthique ET pas (trop) cher!

 

Vous pouvez écouter ma chronique sur Olympe sur Fréquence Terre :


Ecoutez la chronique
« Olympe des sacs en cuirs recycles»
de FREQUENCE TERRE
Repost 0
Published by Caroline Langlois - dans mode
commenter cet article
23 novembre 2011 3 23 /11 /novembre /2011 16:06

Sakina-Msa.jpgLorsque l’on parle de mode éthique, le nom de Sakina M’sa revient dans toutes les bouches. Née au Comores, cette créatrice s’est installée avec ses parents à Marseille en 1979, à l’âge de 7 ans. Avant qu’elle ne quitte les Comores, sa grand-mère lui fait promettre qu’à sa mort, elle offrira à la terre un objet précieux. Lors de la disparition de celle-ci, c’est un morceau de tissu dont Sakina fait cadeau à la terre. Le tissu vieilli par la terre deviendra par la suite la marque de distinction de la maison  de couture Sakina M’sa.

Elle réalise sa première collection alors qu’elle n’a que 14 ans. Elle utilise pour cela des  nappes en toiles ciré, des torchons, et des boites de conserves. En 1992, Sakina débarque à Paris pour installer son atelier. Elle développe alors le concept du tissu social en Seine-Saint-Denis et fait travailler des maisons de retraite ou encore des centres de quartier. Depuis 2001, les collections  de la maison Sakina M’sa défile chaque saison à Paris lors de la Fashion Week haute couture, tout comme Chanel, Christian Dior ou Jean-Paul Gaultier. Son matériau préféré ? Le bleu de travail, qu’elle décline à l’infini pour dessiner les robes, vestes ou autres créations de ses collections.

sakina-0028.jpg

Invitée à défiler chaque année dans le cadre de l’Ethical Fashion Show, à Paris, Sakina est reconnue pour son engagement éco responsable et sa démarche éthique. Pas étonnant, dès lors, que la marque de sportswear Puma lui ait confié la création de son premier sac entièrement réalisé en bleus de travail recyclés. Le Grip Bag, c’est son nom, a été fabriqué à 100 exemplaires numérotés, et est en vente en exclusivité chez Merci, à Paris, au prix 350 euros.

timthumb.php.jpg

Pour découvrir les créations haute couture de Sakina M’sa, rendez vous  sur son site, www.sakinamsa.com.

 

Vous pouvez écouter cette chronique là :

Ecoutez la chronique
« Sakina M sa une creatrice en bleu de travail»
de FREQUENCE TERRE

 

Edit :

J'ai réalisé un documentaire pour l'émission Sur les Docks, sur France Culture, sur Sakina.

Vous pouvez le réécouter ici : Sakina M'sa, du tissu social à la Haute Couture

Repost 0
Published by Caroline Langlois - dans mode
commenter cet article
23 novembre 2011 3 23 /11 /novembre /2011 15:53

stella-mccartney-fall2011-natalia-vodianova-1-e131193344669.jpgLes grands créateurs n’ont pas exactement la réputation de se soucier de l’environnement et du sort des animaux. Pourtant, un grand nom de la mode tente, depuis ses débuts, de montrer l’exemple. Il s’agit de la créatrice britannique Stella McCartney, fille du célèbre membre des Beatles. La jeune femme, elle-même végétarienne, se tient à une forte ligne de conduite lorsqu’elle dessine ses collections : ni cuir, ni fourrure. Féroce défenderesse des animaux, Stella McCartney ne les utilise pas plus dans ses collections qu’elle ne les accepte dans son assiette.

Mais son engagement va plus loin : la styliste, qui a commencé sa carrière dans la maison de couture Chloé, s’efforce le plus possible de créer à partir de tissu et textile éco-responsable : laine, soie ou coton bio. Son objectif, à terme, est de proposer des collections 1OO% éthique.

Pour aller dans ce sens, Stella McCartney a d’ailleurs lancé une ligne de cosmétiques bio, baptisée CARE. Cette ligne de produits de luxe défie les lois de la cosmétique conventionnelle en posant la question suivante : pourquoi sommes-nous plus attentifs à notre alimentation qu’à ce que nous appliquons sur notre peau, alors même que celle-ci est notre plus grand organe ? Fabriquée avec 100 % des actifs certifiés bio, sans aucun produit issu de la pétrochimie, ni silicone, ni conservateur synthétique, Care by Stella McCartney ne contient en outre aucun composant d’origine animale, aucune espèce végétale menacée et ses formules ne sont pas testées sur les animaux.

Et pour ne rien gâcher, les boutiques Stella McCartney anglaises sont chauffées par Ecotricity, un fournisseur d’électricité verte. Alors si vous devez casser votre tirelire pour vous offrir une belle pièce de créateur, vous savez dorénavant dans quelle boutique il faudra vous ruer en priorité ! Moi personnellement, je suis fan de ses robes à pois de la collection automne hiver ! Et vous ?

Vous pouvez écouter cette chronique là :


Ecoutez la chronique
« Mode Ethique Stella McCartney montre l exemple»
de FREQUENCE TERRE
Repost 0
Published by Caroline Langlois - dans mode
commenter cet article
18 novembre 2011 5 18 /11 /novembre /2011 11:17

cafe

 

Ce qui est bien, quand on est "pigiste", c'est qu'on organise son temps un peu comme on veut. Je découvre donc le plaisir de descendre boire mon petit café avec le journal chaque matin, avant de remonter chez moi pour me mettre au boulot (ou devant Facebook...).

Et il faut l'avouer, le fait d'habiter tout près du canal Saint Martin ne gâche rien. Les couleurs de l'automne répondent aux nombreuses fresques chamarées graffées sur les murs, et le tout se reflète dans le canal, c'est un bonheur pour les yeux.

Quant à mon petit café, je varie les plaisirs... J'aime bien le bar à Tapas "Les Voisins", à côté de l'Alhambra, qui a une terrasse au soleil le matin. Le café Sésame est également une bonne adresse pour un petit thé Kusmi et un cookie maison, et il y a le Wifi!

Si vous avez d'autres adresses pour le petit café du matin dans le quartier, je suis intéressée!

 

 

mouette

 

Repost 0
Published by Caroline Langlois - dans Billet d'humeur
commenter cet article
11 octobre 2011 2 11 /10 /octobre /2011 09:25

 

"Countdown", c'est mon petit plaisir de la semaine... Le nouveau clip de Beyoncé est savoureux. On retrouve la belle diva R'n'B coiffée d'une perruque brune à frange, et habillée American Apparel de la tête au pied. Mais ce n'est pas pour cela que cette vidéo fait parler d'elle : on accuse cette pauvre Beyoncé de plagiat!

 

Il est clair, en effet, que la chanteuse, habillée d'un sous-pull à col roulé noir, d'un pantalon carotte noir, de mocassins noirs et de chaussettes blanches, s'est inspirée du personnage de Audrey Hepburn dans le film génialissime "Drôle de Frimousse". Cette comédie musicale de 1957, avec Fred Astaire, est connue notamment pour une scène où l'actrice se déchaîne dans un club de jazz du quartier Saint Germain, à Paris. Personnellement, c'est ma scène de film préférée avec Audrey Hepburn.

 

 

 

Je ne vois donc aucunement pourquoi Beyoncé ne pourrait pas se servir de cette grande scène du cinéma hollywoodien. Surtout que la marque de vêtement GAP, elle, ne s'est pas privée de s'inspirer aussi de cette scène...

Le second "emprunt", moins évident pour le grand public (j'ai d'abord cru qu'il s'agissait d'un clin d'oeil au film Flash Dance), est celui qui est fait à la chorégraphe belge, Anne Teresa de Keersmaeker. Un internaute s'est d'ailleurs amusé à faire un petit montage, dévoilé ce matin sur le site de ELLE.fr.

Personnellement, si j'étais cette chorégraphe, je serais plutôt flattée que mon travail soit repris par une star grand public comme Beyoncé. Après tout, l'art se nourrit de l'art, la création ne part jamais du néant, mais utilise la matière existante pour se renouveller!
Bon, vous pouvez m'accuser d'être 100% de mauvaise foi, car cet argument, dans la bouche des fans de Lady Gaga - copieuse notoire - m'exaspère au plus au point... J'avoue, j'ai vraiment un faible pour Beyoncé!
Repost 0
Published by Caroline Langlois - dans Billet d'humeur
commenter cet article
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 16:17

3aaff7f2d2434f028dc6378d0e19cb5f 7

Paul, c’est un mec, il a plein de copains ! Surtout depuis quelques années. C’est bizarre parce que c’est pas le type le plus « friendly » de la terre, mais allez savoir pourquoi, il est super populaire. Bref, ce matin, il m’avait donné rendez-vous. Cela faisait un bail qu’on ne s’était pas vus. Un an pour être précis.

Paul, il n’est pas d’hyper bon conseil quand on a des petits soucis professionnels, comme moi, mais des fois, il veut bien te dépanner d’un peu de liquidités. Bon, il faut montrer patte blanche pour qu’il te file trois billets, mais au bout du compte, on est bien content qu’il soit là quand on a besoin de lui.

Après mon rendez-vous avec Paul, je suis rentrée chez moi et je me suis calée au fond de mon canap’ avec mon autre bon pote du moment, Facebook. Et là, j’ai commencé à broyer du noir. Faut pas m’en vouloir, c’est Paul, il me mine toujours un peu le moral. Il est déprimant ce mec !

Ma copine la rédactrice de mode, qui passait par là (complètement par hasard), m’a secoué les puces. "Sors ! Il fait beau ! Arrête de moisir devant True Blood !" (True Blood, c’est ma nouvelle série préférée. Il y est question d’une serveuse blonde dans un bled de Louisiane qui ne sait pas trop si elle préfère coucher avec Eric le Vampire ou Alcide le loup Garou. Moi je serais elle, je choisirais Alcide. Mais chacun ses goûts).

Des fois, ma copine rédactrice de mode, elle a bien raison. Pas tout le temps, hein (si on lui dit trop qu’elle a raison, elle croit qu’on est amoureux d’elle…). Mais là, je me suis dit « ouais c’est vrai quoi. Arrête de looser et déplace-toi de quelques dizaines de mètres, jusqu’au parc, en bas, qui offre un confort assez raisonnable, en termes d’ensoleillement et d’herbe bien verte. »

Vous allez me dire « qu’est-ce qu’on en a à f… que tu glandes dans l’herbe un lundi après-midi ?». Moi je vous répondrais que :

1/ Certes, on en a rien à f… Mais ça sert un peu à ça, un blog : à raconter des trucs pas super intéressants pour divertir les gens qui, eux, s’ennuient au boulot.

2/ En fait, c’est assez intéressé comme démarche. Vous voyez, les gens : on est lundi, et j’ai tellement de temps libre que je suis en train d’écrire dans un parc pour dire que j’écris dans un parc. Ce qui vous conduit logiquement à penser : il faut trouver une occupation à cette fille, franchement. Voilà, donc les propositions (plutôt de type professionnel, mais bon je veux bien étudier toutes les options) sont les bienvenues. D'ailleurs, je sais faire plein de trucs chouettes. Y a qu'à voir sur le blog.

Et sinon, vous, vous préférez les vampires ou les loups garous ?

(pour info, le blond c'est Eric le Vampire, et le brun c'est Alcide le loup garou)

true-blood

Repost 0
Published by Caroline Langlois - dans Billet d'humeur
commenter cet article
19 septembre 2011 1 19 /09 /septembre /2011 09:56

Reportage réalisé à l'occasion de l'exposition "Les années 1990, 2000 : histoire idéale de la mode", au musée de Arts Décoratifs, pour le magazine Ykone.

 

J'ai réalisé, et monté ce reportage.

 

Repost 0
Published by Caroline Langlois - dans mode
commenter cet article
19 septembre 2011 1 19 /09 /septembre /2011 09:50

En novembre 2010, je me suis rendue à l'aube à l'entrée de la boutique H&M des Champs-Elysées, à Paris, pour réaliser un reportage sur le lancement très attendu de la collection capsule Lanvin x H&M, pour Ykone.


J'ai réalisé, et monté ce reportage.

 

Repost 0
Published by Caroline Langlois - dans Reportages vidéo
commenter cet article
21 avril 2011 4 21 /04 /avril /2011 15:15

Non, personne ne m'a encore passé la bague au doigt (mais j'y travaille!)... Mais à l'approche du mariage royal du Prince William avec Kate Middleton, nous avons réalisé un dossier spécial mariage sur Ykone. L'occasion d'aller se faire pomponner par une maquilleuse professionnelle de chez Make Up Forever... Et de tester au passage la fonction vidéo de mon nouveau petit bijou, un Panasonic GF2. Sympa, le résultat, non?

 

Repost 0
Published by Caroline Langlois - dans Beauté
commenter cet article
16 avril 2011 6 16 /04 /avril /2011 15:45

C'est le printemps, les arbres bourgeonnent, et les vieux blogs abandonnés renaissent de leurs cendres... Ainsi donc, parlons peu, parlons bien : et si on se cultivait un peu?

Voilà donc deux propositions hautement jouissives et épanouissantes. Tout d'abord, pour les oreilles, l'écoute de ce premier -excellent!- album des bien-nommés "Joy with Colors". C'est ici:

Joy With Colors - Hello Starters from Joy With Colors on Vimeo.

C'est cool non? Pour télécharger gratuitement ce titre, rendez-vous ici.


35839Puis, pour caresser l'intellect, une pièce de théâtre aussi stupéfiante qu'épatante : Bent, de Martin Sherman, mis en scène par Anne Barthe au théâtre du Nord-Ouest, à Paris, ou l'histoire tragique de Max, homosexuel déporté à Dachau. Non, non, ne partez pas en courant! C'est probablement ce que vous verrez de plus fort sur les planches cette année! Courrez-y!

 


Repost 0
Published by Caroline Langlois - dans Culture
commenter cet article